« Je pense que je ne vais pas laisser entrer Moser… »

(un peu plus de grain à moudre tout de même pour finir le dimanche…)

Thomas Bernhard dans Perturbation :

« C’est bien le malheur des hommes, qu’ils se décident pour quelque chose qui en fin de compte est entièrement contre leur volonté, et à présent qu’assis dans leur fauteuil, ils l’examinent de plus près, leur détermination abrupte est soudain complètement dirigée contre eux, ils ne comprennent pas leur décision. »

« Je pense, tout en fermant la porte, que je ne vais pas laisser entrer Moser. Je ferme les rideaux, après tout je puis ne pas être là, je ferme effectivement les rideaux mais aussitôt je les rouvre parce qu’il me semble ridicule de les fermer à cause de Moser. Mais, ai-je pensé, Moser exerce-t-il donc déjà sur un Saurau un ascendant tel que je doive lui jouer une comédie ? Que je doive fermer les rideaux à son approche ? Fermer la porte à son approche ? Et j’écarte donc les rideaux aussi largement que possible, et je sors de l’antichambre, et j’ouvre grande la porte. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s