« Ne voyez en moi que l’homme que je suis sans rêver au-delà »

Léon Bloy à une femme qui lui faisait savoir par courrier toute l’admiration qu’elle avait pour lui et son oeuvre :

« Ne voyez en moi que l’homme que je suis sans rêver au-delà. Nous sommes tous des pauvres à la porte du tabernacle, et quels que puissent être nos dons, nous avons assez à faire d’avoir compassion les uns des autres sans perdre de temps à nous admirer mutuellement. »

Schpouf !

3 réflexions au sujet de « « Ne voyez en moi que l’homme que je suis sans rêver au-delà » »

  1. Ne pas admirer autrui ?
    Quelle misère …
    Au contraire, regarder l’autre sans arrêt, l’observer, le lire, le savourer, l’accompagner, ne pas s’en défaire jusqu’à la réelle et profonde perception d’une infime portion d’admirable .
    Et là, là seulement détourner le regard …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s