Les couples étrangers

Parfois, on a dans ses connaissances un de ces couples d’un genre un peu particulier, bizarres, où les deux tourtereaux, bien qu’ils soient ensemble, ne semblent pas être vraiment ensemble. Comme s’ils restaient étrangers l’un à l’autre malgré tout.

Ils nous disent qu’ils sont ensemble et nous les voyons effectivement chuchoter, se donner la main, se donner des baisers… mais de fait, ils n’ont pas l’air d’avoir quelque chose à se dire ou à partager. Au lieu de complicité, c’est une sorte de bonheur sage et affiché qui transparaît, une sorte de trêve, mais on n’arrive pas à leur imaginer des moments essentiels et riches. On ne visualise pas ce qu’ils peuvent avoir à se dire ou ce qu’ils peuvent faire ensemble, lorsqu’ils sont seuls.

Leurs baisers et leurs regards sont froids. D’aussi loin qu’on les connaisse ensemble, ils font pourtant penser à un couple neuf de la veille, avec la gêne que cela implique entre eux : ils ont gardé une sorte de précaution l’un vis-à-vis de l’autre, ils semblent encore et toujours être dans leur phase de test et de reconnaissance, pas prêts à parier qu’on les reverra ensemble au prochain dîner…

A vrai dire, ils donnent à penser qu’ils ne sont ensemble que pour les autres, comme s’ils s’y sentaient obligés parce qu’ils croient que c’est comme ça que ce doit être. Leur attitude rappelle un peu celle de l’ado qui « ramène » sa première copine pour la montrer aux copains.

J’espère à ce stade que le lecteur s’est déjà dit « mais oui, je vois bien, c’est comme pour Paulo et Véronique ! », parce que j’ai du mal à saisir et définir complètement ce qui cloche entre eux… Si je relève les traits communs parmi les spécimens observés :

  • Elle : elle est plutôt du genre discret et effacé. Plutôt un peu glacée. On ne sait pas bien si elle l’admire ou s’il lui fait peur.
  • Lui : pas tout à fait à l’aise avec lui-même. Bien qu’il le cache. Tentant de rattraper le pas de ce personnage-idéal qu’il projette devant lui et devant les autres : cet idéal personnel qu’il aimerait être mais qu’il n’est pas encore tout à fait. Il se targue d’avoir beaucoup d’humour mais alors pourquoi a-t-il choisi de vivre avec quelqu’un qui en est absolument dénué…

L’un comme l’autre, on croit sentir qu’ils ont choisi leur compagnon de vie non pas pour la personne qu’il est mais pour le type qu’il ou elle incarne : l’aimé(e) ne leur sert pas à être en osmose ou à trouver leur épanouissement intime, mais à rendre plus réelle l’image qu’ils ont d’eux-mêmes, à confirmer aux yeux du monde qu’ils sont cet idéal personnel après lequel ils courent. « Je suis un type avec de l’assurance, regardez : je sors avec Docile ». « Je suis un dandy esthète, regardez : je sors avec une étudiante en histoire de l’art ». « Je suis une fille délurée, regardez : mon mec est un boute-en-train ». Etc.

En vérité, ils me procurent toujours une grande tristesse, ces couples étrangers. Ils sont tristes à voir, comme deux coquilles vides, deux masques qui s’observent, sont en relation sans jamais se connaître ni savoir qui ils sont. Tristes, non pas qu’il leur reste à « trouver la bonne personne », concept auquel je ne crois guère, mais ils sont logiquement condamnés à passer le plus clair de leur vie avec un inconnu, ce qui n’est pas vivable.

Je les imagine avoir des moments de saturation où ils n’en peuvent plus de la promiscuité avec l’Autre. Je les imagine être parfois saisis d’une pulsion, d’un besoin d’air aussi soudain qu’impétueux qui ne tolère plus de délai… Ou bien qu’au moment où ils ont besoin d’un véritable cœur confident, ils n’ont comme seule possibilité que d’aller se cacher au fond de l’appartement, pleurer en secret en attendant que ça passe… Je les imagine rentrer chez eux après la soirée où ils se sont montrés à leurs amis, épuisés d’avoir fait bonne figure, tomber le masque, poser la montre sur la table de nuit et se coucher dos à dos sans un mot, soupirant déjà à l’idée de se réveiller dans quelques heures dans le lit d’un autre…

Bien sûr, ce n’est certainement pas le cas. Bien sûr, au moment même où j’imagine cela, ils sont peut-être en train de faire l’amour fougueusement et très passionnément ! Mais c’est simplement l’impression qu’ils me donnent.

6 réflexions au sujet de « Les couples étrangers »

  1. C’est très étrange tes impressions sur certains couples.
    Tu places l’imagination là où elle ne me vient pas, dans l’intimité des autres en fait, ce qui justement fait d’un couple une entité bien différente de celle du couple voisin. Envie de te répondre  » peu importe !  »
    Peu importe comment ils se regardent ou pas , comment ils se donnent la main ou pas, s’interpellent, se cotoient, se serrent, se délaissent, se blessent, ou pas etc, etc …
    J’en ai vu de tellement différents, dans leur manières d’être de se regarder, de se parler, de se toucher de tout ….
    Mais je n’imagine rien les concernant ; il en est de la différence des couples comme de la différences des être humains :
    INCOMMENSURABLE ! et, je ne comprends pas très bien ni ce qui te gène, ni ce qui t’attriste, ni pourquoi surtout cela te pousse à écrire cet article ?????
    Amitiés
    Annick SB

    1. Eh bien oui, c’est vrai que je m’intéresse à pourquoi et comment les gens s’aiment, que ce soit de l’amour ou de l’amitié (je finis par avoir quelques billets sur ce sujet en effet !). Je ne vais pas étudier scrupuleusement tous les couples que je croise, mais il y en a parfois un comme cela qui m’interloque. Et toi, tu ne te dis jamais « tiens, ceux-là ne vont pas forcément ensemble », ou bien « ceux-là, à quoi tient leur relation » ?

    2. Annick,
      Je comprends bien et partage tes réserves sans… réserve, justement.
      Peut-être, cependant, à l’instar de Jacques Tati qui entraînait ses enfants à l’imitait, l’auteur aime-t-il à imaginer les vies, les histoires de ceux qu’ils côtoie ou croise brièvement. L’attrait du romanesque peut amener à se comporter comme un détective des âmes.
      Reste à espérer que s’il s’en attriste, c’est uniquement pour les besoins du billet.

    1. Vous qui en un autre article, me donnez des leçons de politesse, votre « il » pour nommer en sa présence l’hôte des lieux est un bel exemple de grossièreté.

      1. Le « il » en question se réfère à « l’auteur », que n’ai pas su ou pu repérer. Votre message étant apparu après que le mien ait été posté, votre présence n’était pas discernable au moment où j’ai envoyé mon commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s