« On se vole soi-même »

« Dès la seconde fois où je t’ai vu, j’ai compris ce que j’avais lu dans les livres mais que je n’avais jamais vraiment cru : que l’amour et la souffrance sont une seule et même chose, et que la valeur de l’amour est la somme de ce qu’il faut sacrifier pour le connaître ; et chaque fois qu’on l’obtient à bon compte on se vole soi-même ».

William Faulkner dans Les palmiers sauvages.

4 réflexions au sujet de « « On se vole soi-même » »

  1. Que c’est beau et peu importe si c’est vrai ou pas …
    Faulkner et son pessimisme légendaire m’enchantera toujours !
    Douter, rager, s’abandonner, se ressaisir, craindre, stopper, souffrir, compter, mesurer, vivre avec ou sans regrets un amour ou mille amours…

    Merci Un Oeil pour ce clin d’oeil de lecture .

  2. Si vous aimez Faulkner, je vous conseille ce « Palmiers sauvages » : un superbe personnage féminin et un Faulker anormalement romantique par rapport aux ouvrages plus connus.

  3. Elle meurt lors d’un avortement. Mais si elle est enceinte elle peut en mourir, si elle accouche elle peut en mourir, si elle le garde et qu’il est malade … dans tout les cas ils auront ce qu’ils voudront à moins que la justice ne survient à temps..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s