Mauvais signes

Certaines règles de bienséance ont été établies pour d’authentiques raisons de tenue. « On ne parle pas la bouche pleine » par exemple, parce que voir une bouche mâcher, écraser des aliments et nous en cracher des particules au visage est réellement désagréable. D’autres règles de bienséance, en revanche, ressemblent plutôt à des codes inventés par des initiés pour détecter l’éventuel imposteur qui se serait invité parmi eux. Servir le vin dans le mauvais verre, être malhabile avec le couteau à poisson ou embarrassé par le baise-main… Aucun de ces impairs n’occasionne de désagrément réel à votre interlocuteur mais il lui signifie simplement à qui il a à faire, que vous n’êtes pas de ce milieu-là et que vous n’avez pas l’éducation à laquelle il pense.

A nous de trouver, dans les autres domaines de la vie, ces « choses qui ne se font pas », les mauvais signes qui dénotent la trace du vulgaire, du faux ou de l’imposture du premier coup d’œil. Ces petits signes qui trompent rarement et font gagner du temps.

danger

Par exemple, lorsque l’on voit dans un restaurant ou un bar un écran de télévision installé, c’est mauvais signe. Cela dénote la conception que se fait l’établissement de la convivialité. Cette télé qui diffuse du MTV, il y a de fortes chances pour que vous la retrouviez dans votre assiette, dans votre verre, dans la musique d’ambiance ou dans le faciès du serveur.

Chez les gens, aussi, il y a bien sûr des signes qui ne trompent pas. Pas seulement de mauvais signes, mais des signes avant-coureurs : certains détails, certaines poignées de main, un accessoire ou une gourmette, n’appartiennent qu’à certains types de personnes bien précis.

Ou enfin : lorsque dans une fiction, un film, un roman… le personnage principal est un artiste par exemple, un architecte, ou toute autre profession ayant trait au Beau : c’est mauvais signe. Cela trahit une certaine coquetterie, une posture, voire l’opiniâtreté de l’auteur à faire cas de son statut d’artiste, à être artiste sans y parvenir, sans créer autre chose que son état d’âme vis-à-vis de la création. On ne fait pas d’art sur l’art. On n’attend pas d’un ébéniste qu’il nous fasse la plus belle allégorie qui soit sur l’ébénisterie, mais bien qu’il créé un meuble. La malédiction du poète, les méandres de l’écriture ou du génie créatif… sont de mauvais sujets a priori. Les belles et grandes histoires ne sont quasiment jamais vécues à travers l’œil d’un artiste. Et une œuvre qui commence sur ces bases a toutes les chances d’être mal partie.

Parfois aussi, ce mauvais signe vient à la fin, comme une mauvaise confirmation. Vous regardez Avatar, tout vous a à peu près consterné, et puis, bien sûr, à la fin toutes ces médiocrités ne suffisent pas : il faut que le méchant saute de son hélico pour un vrai affrontement méchant/gentil au corps-à-corps, point de passage obligé de tout navet majestueux.

AVATAR

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s