À quarante ans

À quarante ans, on ne sait pas nécessairement encore ce qu’on est, mais on sait au moins qu’on ne pourra plus être un certain nombre de choses. Procédé par élimination.

3 réflexions au sujet de “À quarante ans”

  1. dans mon jeune temps j’avais un ami philosophe aujourd’hui décédé qui disait : les jeunes ont devant eux une infinité de possibilités pour mener leur vie. Mais plus on vieillit et plus ces possibilités se réduisent. Au final il n’y a plus qu’un chemin : celui qui conduit à la mort…

      1. oui 🙂 la leçon de cette petite histoire c’est peut-être qu’il est inutile de se préoccuper de ce que nous aurions pu être ou ce que nous pourrons devenir car de toutes façons tous les chemins aboutissent au même endroit. Ce qu’il importe c’est de vivre pleinement l’instant présent, ici et maintenant 😉 Carpe Diem.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s