« La quantité de vrai qu’on peut supporter »

« Nul ne tiendra une doctrine pour vraie du simple fait qu’elle rend heureux ou vertueux. Quelque chose pourrait être vrai tout en étant nocif et dangereux au suprême degré, et il se pourrait même que l’existence ait cette propriété fondamentale de faire périr quiconque la connaîtrait complètement, de sorte que la force d’un esprit se mesurerait à la quantité précise de vérité qu’il parviendrait à supporter, plus clairement au degré auquel il aurait besoin de la diluer, de l’adoucir, de l’émousser, de la falsifier. »

Friedrich Nietzsche, dans Le Gai Savoir.