« Il est clair »

Il est clair que nous ne réussirons jamais à nous planter dans le monde (un travail, une normalité). Il est clair que nous ne conquerrons jamais une femme (ni un homme). Il est clair que nous ne nous éprendrons jamais d’une de ces idées pour lesquelles on accepte de mourir (voir l’expérience passée). Il est clair que nous n’aurons jamais le courage de nous tuer (voir combien de fois nous y avons pensé).

Cesare Pavese dans Le métier de vivre.

« Nous ravoir dans les autres »

« Pourquoi devrait-on être mieux en communiquant avec un autre qu’en étant seul ? (…) Etant donné que nous demandons aux autres ce que nous avons déjà en nous, pourquoi ne nous suffit-il pas de regarder et de boire en nous-mêmes, et pourquoi nous faut-il nous ravoir dans les autres ? Mystère. »

 Cesare Pavese dans Le métier de vivre.

« Ce malheur t’arrivera toujours »

(J’initie là une nouvelle catégorie, une sorte de rendez-vous du dimanche : la publication d’un morceau choisi de lecture).
***

Cesare Pavese dans Le métier de vivre :

« Pour consoler le jeune homme à qui il arrive un malheur, on lui dit : sois fort, prends cela avec courage, tu seras cuirassé pour l’avenir, cela arrive une fois à tout le monde.

Personne ne pense à lui dire ce qui est par contre vrai : ce même malheur t’arrivera deux, quatre, dix fois. Il t’arrivera toujours parce que, si tu es ainsi fait que tu lui as tendu le flanc maintenant, la même chose devra t’arriver dans l’avenir. »